La chronique boursière

04/10/2021

Transitoire ou pas…

Faut-il craindre une inflation persistante et non transitoire comme annoncée par les Banquiers centraux depuis de longues semaines ? Les marchés financiers semblent désormais penchés pour le premier scénario, au regard des chiffres publiés en zone euro faisant état d’une inflation plus forte que prévu et du changement de discours de la Réserve fédérale américaine sur le sujet. En effet, Jerome Powell a estimé que la hausse des prix était élevée et qu’elle devrait le rester dans les prochains mois, avant de diminuer, alors qu’auparavant, il évoquait une inflation provisoirement élevée. Par ailleurs, la question du relèvement du plafond de la dette américaine ainsi que la flambée des prix de l’énergie et les ruptures dans la chaine d’approvisionnement pèsent sur le sentiment des investisseurs, déjà fragilisé par la normalisation à venir des politiques monétaires, le ralentissement économique chinois, le dossier Evergrande et la propagation du variant delta qui freine la croissance dans les pays en retard dans la vaccination. Cet environnement moins favorable a mécaniquement entraîné une baisse de l’appétit pour le risque et une poussée de la volatilité. Ainsi, les indices mondiaux affichent des replis hebdomadaires assez sensibles puisque le S&P 500 abandonne 3,2%, le Stoxx 600 2,2% et le CAC 40 1,8%. Dans le sillage de la remontée des rendements obligataires, le secteur technologique a particulièrement souffert alors qu’à l’inverse le secteur de l’énergie dans son ensemble a profité de la hausse du pétrole avec un brent qui a franchi la barre des 80 dollars le baril.

Cette semaine nous prendrons connaissance du rapport mensuel sur l’emploi américain, dont le rythme de créations de postes a ralenti au cours des derniers mois, ainsi que des discussions sur le relèvement du plafond de la dette et le plan d’infrastructure. Enfin, en zone euro, seront publiées les données sur la production industrielle ainsi que les minutes de la réunion de septembre de la BCE…

Michel Douin
Toutes les chroniques